A la rencontre de Christophe Alves

Christophe Alvès exerca un métier "sérieux" dans l'industrie avant de démissionner pour se lancer dans sa passion : le dessin. Et c'est tant mieux pour nous !
Répondre
Avatar du membre
jean-luc
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 3379
Enregistré le : sam. 24 sept. 2011 12:47
Localisation : 02

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par jean-luc » ven. 19 févr. 2016 07:21

Dernier message de la page précédente :

Merci Aristide! :pouce:

Un bel article et un dessinateur de talent et fort sympathiqe... mais pouvait-il en être autrement en étant né à Nevers? ;)

Avatar du membre
aristide hergé
Marabout Géant
Messages : 12346
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 01:00
Localisation : Cherchez l'anagramme ...

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par aristide hergé » lun. 5 sept. 2016 14:20

Bon, les amis, vous aviez eu une petite idée de Christophe Alves à travers cette interview parue dans "Nevers ça me botte".
Comme je vous l'avais dit, nous avions convenu de nous revoir pour faire plus ample connaissance. J'avoue avoir "traîné" un peu, non par paresse mais par respect pour l'emploi du temps surchargé d'un auteur de bandes dessinées. J'ai enfin rappelé Christophe et je lui ai rendu visite fin juin dans sa maison de Garchizy (58). Vous affirmer qu'en sa compagnie le temps a passé bien vite apparaît comme une évidence : ensuite, il m'a fallu retranscrire deux heures d'enregistrement et ça aussi c'est du boulot ! Enfin, après avoir reçu son aval pour le texte définitif (certains détails devant rester "off", c'est-à-dire juste pour moi, pas pour vous :t17:), je vais vous le livrer ici ;)
En espérant, selon la formule consacrée, que vous aurez autant de plaisir à le lire que j'en ai eu à partager ces moments privilégiés avec un type qui, en plus d'être Nivernais, est aussi simple et sympathique que talentueux ! :pouce:
Image Etat-civil : Né le 12 février 1965 à Nevers ("Un des rares qui est resté, qui ne s'est pas exporté : ça a failli, mais j'ai réussi à trouver du travail ici")
Marié, une fille de 17 ans et demi.
Domicile : Garchizy (58)
Etudes : Bac F1, BTS en mécanique automatismes
Expérience professionnelle : 5 ans de programmation sur des tours à commande numérique chez Nodier-Emag à La Guerche Sur l'Aubois (18)

"Le boulot me plaisait, mais ce n'était pas ce que je voulais faire. J'ai démissionné en 1992 et je me suis mis à mon compte car j'avais de plus en plus de commandes de dessins comme ceux pour le CMPP de Nevers qui en avait besoin pour un appareil visuel et sonore destiné aux malentendants. Il y avait un éclairage derrière chaque dessin, des dessins assez grands qu'il fallait mettre en scène avec un thème à chaque fois (les animaux de la forêt, la ferme, etc ...) C'était très technique car il fallait mettre les éléments au bon endroit dans la feuille, et puis ce devait être un dessin agréable.

ImageImageImage

Je suppose que tu avais toujours dessiné, en fait ...

Oui, j'ai toujours voulu faire de la bande dessinée.

Donc c'étaient tes premiers débuts ...

Oui, mais j'avais quelquefois des dessins à droite à gauche, des faire-part de mariage ou de naissance ... Ensuite j'avais des commandes pas forcément régulières de dessins, d'affiches, plein de choses et parallèlement je montais des projets de BD.

Image

Est-ce que ça nourrit son homme, ça ?

Au départ, non, c'est très difficile, il y a des périodes où ça va, d'autres où ça ne va pas du tout, c'est en dents de scie - heureusement que ma femme avait un métier beaucoup plus stable !

Et puis tu as décidé de te lancer à l'aventure ...

Tout à fait : je n'avais pas envie d'arriver à la retraite en me reprochant : "si j'avais su, si j'avais essayé ..." et là on s'est dit : "si jamais ça ne marche pas, je retourne dans l'industrie" parce qu'avec le BTS, à l'époque, je pouvais retrouver du boulot.

Et à partir de quand tu as eu un emploi à part entière - complètement, avec des commandes fermes qui te donnent du travail sur longtemps ?
Là c'est assez récent, 2 ou 3 ans.

Quelle a été ta première vraie belle commande ?

Les commandes c'était surtout pour le CMPP : il y avait beaucoup de dessins à faire, et c'est pour ça qu'il a fallu faire le choix entre mon métier de programmeur et le dessin, parce que je ne pouvais plus faire les deux en même temps. Si on refuse un client, dans ce milieu-là, c'est fini. J'ai fait aussi des jeux éducatifs et pédagogiques pour les enfants, je travaille avec le même éditeur depuis 20 ans. C'était sous forme de diaporama, maintenant c'est passé en DVD : les supports ont évolué, mais ça ne change pas dans le sens où il faut toujours faire des dessins et ensuite les adapter au support.

Donc ces commandes t'ont permis d'arriver à la BD ...

Oui, de dégager du temps pour préparer des projets, ce que je ne pouvais pas faire quand j'étais dans l'industrie. S'y mettre le week-end c'est possible mais une page de BD c'est 3 ou 4 jours de travail et pour établir un projet il faut réaliser 3 ou 4 pages donc si on ne fait ça que le week-end ça nécessite 3 ou 4 mois ...
(à suivre ...)
"Deux intellectuels assis iront moins loin qu'une brute qui marche"

Avatar du membre
S.S.S.
Marabout Géant
Messages : 16729
Enregistré le : ven. 10 juil. 2009 01:00
Localisation : A côté de mes pompes

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par S.S.S. » lun. 5 sept. 2016 14:22

Super ! :D
Pour qu'il y ait le moins de mécontents possibles il faut toujours taper sur les mêmes :clown:

Avatar du membre
Back Door Man
Marabout Géant
Messages : 16176
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 01:00
Localisation : Normandie Forever
Contact :

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par Back Door Man » lun. 5 sept. 2016 15:10

Merci JP de ce début d'interview :) :pouce:
Show me the way, to the next whiskey bar
Oh, don't ask why, Oh, don't ask why

---------------------------
Image http://www.flickr.com/photos/gildays/

---------------------------

Image

Avatar du membre
Bad Girl
Marabout Collection
Messages : 5781
Enregistré le : ven. 10 juil. 2009 01:00

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par Bad Girl » lun. 5 sept. 2016 17:05

Vous faites de belles reconversions, la retraite vous va bien ! Merci pour cette découverte :D
"Comment savez-vous que je suis folle?" demanda Alice.
"Il faut croire que vous l'êtes, répondit le Chat; sinon vous ne seriez pas venue ici."

Image

Avatar du membre
yan59
Marabout Collection
Messages : 9817
Enregistré le : mer. 19 mai 2010 01:00
Localisation : un petit village du Ferrain, au nord de Lille

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par yan59 » lun. 5 sept. 2016 17:54

Merci Ari pour ce début d'interview très sympa, vivement la suite !

Et merci à Christophe de s'être prêté au jeu ! :pouce:
Arriver à la cinquantaine a des avantages et des inconvénients : on ne reconnaît plus les lettres de près, mais on reconnaît les cons de loin !

Avatar du membre
aristide hergé
Marabout Géant
Messages : 12346
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 01:00
Localisation : Cherchez l'anagramme ...

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par aristide hergé » lun. 5 sept. 2016 17:58

Merci de vos encouragements, les amis :D
La suite est pour demain et je vous annonce déjà du lourd ! :mdrbis:
Et ma Lilou, que je suis content de te retrouver parmi nous ! :kiss3: :heart:
"Deux intellectuels assis iront moins loin qu'une brute qui marche"

Avatar du membre
aristide hergé
Marabout Géant
Messages : 12346
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 01:00
Localisation : Cherchez l'anagramme ...

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par aristide hergé » mar. 6 sept. 2016 08:11

Et comme vous avez été bien sages, voici la suite ! ;)

Donc ta première BD, c'est Dusty Dawn ?

Oui, c'est ça, c'est la première, en 2000 :

ImageImageImage

Et depuis 2000, tu continues à avoir une activité à la fois BD et autre chose ...

Oui, par nécessité : après avoir fait les 3 tomes de Dusty Dawn à la suite, l'éditeur a préféré arrêter parce que les ventes n'étaient pas suffisantes. Donc après il faut refaire des projets, et pendant ce temps-là faire "bouillir la marmite" : illustrations, affiches, j'ai toujours alterné ces deux activités.
Après Dusty Dawn, j'ai fait Malgret, une parodie du Commissaire Maigret, il y en a deux épisodes :

ImageImage

Ensuite, j'ai fait des boulots de commande, du travail alimentaire, des albums un peu comme "Les blondes" : c'est "Les 40 plus grandes qualités des femmes" et "Les 40 plus grandes qualités des hommes". On a travaillé avec deux scénaristes, nous étions deux dessinateurs. J'ai travaillé sous un pseudo, je faisais les crayonnés, et c'est un autre dessinateur, El Souiri, qui faisait l'encrage et la couleur.

ImageImage

Et ensuite ?

J'ai dessiné un Harry Dickson chez un petit éditeur. C'est Brice Tarvel qui avait écrit le scénario. J'avais fait également une BD pour la SNCF, un travail de commande pour une communication en interne, avec Fabien Rypert.
Et donc après ça a été Lefranc, enfin dans ceux qui ont été signés, parce qu'entre chaque album ou chaque série d'albums j'ai fait des projets qui ont été presque acceptés et puis refusés au dernier moment : et là, je commençais à en avoir vraiment assez de la Bande Dessinée !

Et comment tu es en arrivé à Lefranc ?

Ca, c'est grâce à François Cortegianni qui m'avait proposé de faire un essai sur Lefranc : j'avais réalisé une planche d'essai de Blake et Mortimer, et c'est en voyant cette planche que Cortegianni a été vraiment intéressé et qu'il m'a dit : "Est-ce que ça te dirait de bosser avec moi ?" Alors, évidemment, je n'ai réfléchi que 5 secondes !

ImageImage

NDR - Quand j'ai découvert ces dessins, je me suis exclamé "By Jove !" et j'ai compris Cortegianni : trop beaux !

Le Lefranc ("Mission Antarctique"), il est vraiment très réussi, et il a bien marché ...

Oui, très bien : il y a eu une réédition au bout de 3 semaines. Après 3 mois, les ventes atteignaient plus de 38000 exemplaires.

Il est dans l'esprit, c'est ce qui compte, ce qu'attendent les lecteurs, que ce soit Lefranc, Bob Morane, Blake et Mortimer par exemple ...

C'est ce que j'ai tenté de faire : j'ai essayé surtout pour Jacques Martin de garder l'esprit, de ne pas singer. J'ai pris ce parti-là, rester moi-même tout en collant le plus possible à l'esprit de la série.

Et il y a ce mélange de science-fiction, en fait pas vraiment puisque ça se passe une dizaine d'années après la seconde guerre mondiale, c'est plutôt de la "cryptohistoire" ...

Oui, c'est justement ce que Cortegianni aime bien : l'histoire fantasmée, partir souvent de bases réelles et broder autour, sans jamais dire ce qui est vrai ou pas.

Image

Et depuis "Mission Antarctique", tu en es où ?

Là je suis reparti sur un nouveau Lefranc, depuis 3 mois environ. En fait, il existe une sorte de bail entre Casterman et les enfants Martin, et ce bail venait à terme. Donc il y a eu renégociation et ça a mis beaucoup de temps pour redémarrer. Maintenant il y aura une alternance avec l'autre équipe (Seiter-Régric) qui viennent de sortir en avril "L'homme-oiseau" après avoir réalisé "Cuba Libre". Le prochain scénario est de Cortegianni toujours, on s'entend super-bien, ça se passe très simplement, efficacement. On s'appelle presque tous les jours.

Christophe me montre une planche en cours du prochain Lefranc qui se passera en Aveyron et s'appellera - sous réserves - "Le principe d'Heisenberg"

Là, cette case n'est qu'une esquisse, en septembre avec Cortegianni on va aller faire du repérage sur place.

Et tu comptes combien de temps pour le réaliser ?

Je fais une page par semaine, et je dois finir celui-là pour août 2017. Les conditions de travail sont vraiment très bonnes. L'album est prévu pour novembre 2017, mais entre août et novembre il y a la fabrication et la mise en place : il faut toujours compter un mois et demi à deux mois pour l'impression. La mise en couleurs est commencée alors que je n'ai pas terminé l'album, cela permet de gagner du temps sur la sortie.

Donc il y en aura un autre avant ? Parce que ça fera presque deux ans entre les deux ...

Normalement, non, car le contrat entre les enfants Martin et Casterman prévoit un album par an (Lefranc, Alix, Jhen) et celui de Regric est paru en 2016.
A suivre ...
"Deux intellectuels assis iront moins loin qu'une brute qui marche"

Avatar du membre
Back Door Man
Marabout Géant
Messages : 16176
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 01:00
Localisation : Normandie Forever
Contact :

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par Back Door Man » mar. 6 sept. 2016 08:39

Suite très intéressante :pouce: Merci :)
Show me the way, to the next whiskey bar
Oh, don't ask why, Oh, don't ask why

---------------------------
Image http://www.flickr.com/photos/gildays/

---------------------------

Image

Avatar du membre
yan59
Marabout Collection
Messages : 9817
Enregistré le : mer. 19 mai 2010 01:00
Localisation : un petit village du Ferrain, au nord de Lille

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par yan59 » mar. 6 sept. 2016 21:19

oui, on apprend des choses qui relèvent du scoop, même ! Merci JP, et à demain pour la suite ! :pouce:
Arriver à la cinquantaine a des avantages et des inconvénients : on ne reconnaît plus les lettres de près, mais on reconnaît les cons de loin !

Avatar du membre
aristide hergé
Marabout Géant
Messages : 12346
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 01:00
Localisation : Cherchez l'anagramme ...

Re: A la rencontre de Christophe Alves

Message par aristide hergé » mer. 7 sept. 2016 15:44

Et voici la suite promise ! ;)

Donc là tu bosses exclusivement sur ce projet-là ou tu as autre chose sur le feu ?

Oui, j'ai plusieurs trucs, notamment une couverture de Bob Morane que je suis en train de finir. Mais au niveau travail, la priorité c'est Lefranc : les journées sont longues parce que je m'étais engagé à en faire quelques-unes pour Bob Morane et quand je donne ma parole j'essaie de la tenir. Mais l'album sera terminé en temps et en heure.

Pour les couves de Bob, tu as été sollicité par Claude Lefrancq, comment ça s'est passé ?

Non, c'est Brice Tarvel qui a proposé mon nom, parce que j'avais fait les couvertures de ses Harry Dickson et c'est grâce à ça que j'ai fait l'album avec lui. Ca a mis un peu de temps pour se décanter, je pense qu'il a hésité et puis il a dit OK, il avait vu les couvertures des Harry Dickson et je crois qu'elles lui plaisaient bien.

ImageImageImageImage

C'est venu comme ça, et normalement je dois en faire au moins 4 : donc celle-là c'est ma troisième (après "Opération Chronos" et "L'idole Viking").

Et pour vous, petits veinards, voici les "bleus" de ces deux couves :

ImageImage

Donc, c'est comme ça que tu es arrivé dans l'univers Bob Morane. Sinon, tu connaissais l'aventure Marabout ?

Non, pas vraiment, je connaissais de réputation mais ce n'était pas mon genre de littérature. Souvent, ça vient des parents et mon père n'en lisait pas. Je connaissais le personnage de Bob Morane, mais je l'avais découvert par la BD avec Vance.

Raconte-nous comment se passe ta journée de dessinateur ...

Je commence quand ma femme et ma fille partent travailler. Je fais des horaires calqués sur ceux de mon épouse : ça me permet de donner un rythme de travail parce que sinon il n'y a rien qui pousse ! ... A part la fin de réalisation indiquée dans le contrat.

Tu serais dans le genre un peu paresseux ou pas ? Remarque, ce n'est pas un défaut, il y a des gars qui travaillent comme ça, j'en fais un gros coup et puis j'attends ...

Non, moi c'est régulier, je suis un besogneux, laborieux. Et puis, de toutes façon, d'être en retard ça m'insupporte, j'ai toujours ce côté "parole donnée". J'aime bien cet aspect aussi, pas "fonctionnaire" (quoique) mais se caler sur des horaires.

Quel est ton système de travail quand tu travailles sur une BD ?

Sur une BD, avec Cortegianni, je reçois un découpage, il représente la page en BD en style "gros nez", avec le descriptif et les dialogues pour chaque page. A partir de là, je dessine déjà une sorte de story-board un peu poussé et après je redécalque le tout à la table lumineuse, et sur la feuille finale je fais mon crayonné. C'est la meilleure façon que j'ai trouvée pour travailler, je papillonne très souvent sur plusieurs pages en même temps : comme ça, quand je ne "sens" pas une case, quand je bloque dessus, je passe sur une autre qui m'inspire.

Et voici "La tanière du loup" - clin d'oeil au Lefranc qui était posé sur le bureau ;)

Image

Et il y a des fois où tu appelles Cortegianni, où tu lui dis : "écoute, là ça ne peut pas aller" ?

Oui, et même par rapport à son découpage. Maintenant, je ne lui demande même plus : si je trouve un autre découpage, que je sens que ça va mieux, je le modifie (sans remettre en cause le récit évidemment). Les premiers temps, quand j'ai travaillé sur "Mission Antarctique", j'étais embêté, car je me disais "François (Cortegianni), c'est un Monsieur, je suis loin d'avoir sa carrière". Quand je l'ai appelé, j'ai essayé d'y aller doucement mais il m'a dit tout de suite : "mon ego j'en ai rien à faire, pour moi c'est une proposition, si tu trouves quelque chose de plus efficace, n'hésite pas ".

Tu utilises un lettrage spécifique ?

La police de caractères a été créée par Casterman à partir de l'écriture d'Hergé pour la cohésion dans la série, ils me l'ont envoyée et je l'ai installée dans mon ordinateur. Avant, je faisais tout le lettrage à la main, comme pour Dusty Dawn par exemple. C'est long, parce que si on s'aperçoit qu'on a oublié un mot, soit on met du blanc, soit on découpe. Là c'est beaucoup plus simple. Je fais la bulle en fonction du texte, je la dessine autour. Quand ma page est finie, je la scanne et je fais un encrage numérique.

Je m'excuse, mais le bleu ça sert à quoi ?

Le bleu, apparemment, c'est un truc de dessinateur belge : quand je décalque, je le fais en bleu parce que le bleu se gomme très difficilement. Je peaufine mon crayonné en graphite et si je m'aperçois que ce n'est pas bon, je gomme et je sais que le bleu va rester derrière. Comme matériel, j'utilise des mines graphite bleues et noires, du HB, porte-mines calibrés 0,5. Il y a plusieurs qualités de mines plus ou moins grasses, donc c'est pour ça que j'ai deux crayons : pour mettre en place l'ossature et pour peaufiner.

Donc, quand on parle d'encrage, on ne parle pas d'encre de Chine ?

Non, c'est ce que je faisais avant, avec des feutres-plumes qui permettent de réaliser des pleins et des déliés, ou avec des pinceaux. C'est ce qui m'a un peu libéré avec l'informatique : on travaille avec le principe des calques, ce qui permet de revenir en arrière, de déplacer les personnages ou les textes. On agrandit comme on veut, en faisant quand même attention à ne pas trop agrandir car on aurait tendance à faire trop de détails qui ne "passeraient" pas dans l'image au format réel. J'utilise un logiciel qui s'appelle "Clip Studio Paint" (anciennement "Manga Studio"), qui est connu dans la profession car il a été conçu pour les dessinateurs de mangas. Il a eu beaucoup de succès et les dessinateurs de Comics aux Etats-Unis et en Europe s'en servent aussi. C'est très pratique même si ça n'a pas le côté sensuel du papier.

Ha, l'odeur du vieux papier ! Ma femme dit que ça sent le moisi !

La mienne aussi, mais ce n'est pas vrai, c 'est l'odeur ... du vieux papier !(rires)

Quel est ton rythme de travail quand tu réalises une BD comme celles-ci ?

Une page de Lefranc, c'est cinq jours, c'est-à-dire 40 heures de travail minimum : trois jours de crayonné, deux jours d'encrage. Il arrive que certaines vignettes prennent beaucoup plus de temps, comme dans "Mission Antarctique", où j'avais passé deux jours entiers sur une case (page 12, case 4)

Image

Tu livres un travail en noir et blanc. Et pour la couleur ?

Casterman m'avait proposé de faire la couleur, mais j'ai refusé, ça demandait encore du temps en plus. Et puis il y a des spécialistes : ici, c'est Bonaventure, il fait la couleur au fur et à mesure que je finis les planches ; je lui donne des indications (éclairage selon le moment de la journée par exemple) avec des fois des trucs impératifs (couleur d'une voiture d'un page à l'autre). Il y a un échange permanent.

Actuellement, c'est ce Lefranc, mais est-ce que tu as quelque chose d'autre dans tes projets ? Blake et Mortimer peut-être ?

Non, ça n'a pas abouti. On ne sait jamais, tout peut arriver, ça me plairait beaucoup ...
Sinon, je travaillais - en attendant de repartir sur Lefranc - sur une reprise d'une autre série, mais ce sera après Lefranc. Donc jusqu'à la fin de l'année prochaine ce sera vraiment très chargé ! Après, il y a l'alternance des Lefranc, normalement je peux commencer le suivant dans la foulée.

Est-ce que tu es intéressé sur les ventes ?

Oui, mais moins que sur un exemplaire "classique", parce que dans ce cas-là il y a aussi les héritiers Martin. J'ai un "prix de page", versé en avance sur les droits d'auteur et je dois rembourser cette somme avec les ventes. Si celles-ci ne sont pas suffisantes, la somme reste quand même acquise. Après, je touche des droits d'auteur par rapport aux ventes, mais seulement une fois cette somme remboursée.

Est-ce que tu as en prévision des expositions, salons, séances de dédicaces ?

J'en fais de moins en moins parce que j'ai beaucoup de travail et puis c'est fatigant : le dernier que j'ai fait c'était à Aubenas, je suis parti le vendredi et rentré le lundi, ça fait deux jours de moins de travail, et deux jours c'est presque la moitié d'une page.
- Les 17-18 septembre c'est bistro BD à Carpentras (organisé par Cortegianni)
- Les 30 septembre, 1er et 2 octobre c'est le festival BD de Chambéry
- Le 30 octobre à Saint Pierre-le-Moûtier (Nièvre) avec Brice Tarvel
- Les 4-5-6 novembre à Belfaux en Suisse
- Et fin novembre à Gray, organisé par Dan Kelbert

Image

Par rapport à tes confrères : qui admires-tu le plus dans la BD, qui t'a le plus influencé ?

Influencé, c'est sans conteste Hergé, c'est lui qui m'a donné envie de faire de la bande dessinée quand j'ai découvert un peu par hasard un album chez ma grand-mère. Je m'en souviens très bien, c'était "Les bijoux de la Castafiore". Pourtant ce n'est pas le plus facile à lire quand on est gamin, mais je l'adore, on est manipulé par une histoire où il n'y a pas d'histoire, c'est un huis clos, l'aventure chez soi. J'habitais en HLM et quand j'ai découvert les autres, je pouvais aller au Tibet, c'était génial de pouvoir voyager comme ça.

Quelle est ta plus grande satisfaction ?

Le premier album est toujours celui qui provoque le plus d'émotions, quand on le reçoit et qu'on a rêvé de l'avoir entre les mains : donc, le premier Dusty Dawn. Et puis le Lefranc, je suis vraiment très content d'avoir participé à une série mythique et ainsi touché un public plus large.

Et ta plus grande déception, un projet que tu aurais aimé voir aboutir mais qui ne s'est pas concrétisé ?

Je suis fataliste mais pas pessimiste. C'est vrai qu'un de mes rêves serait de faire un Blake et Mortimer, mais si ça ne se fait pas, ce n'est pas grave. Ce n'est pas une obsession. J'adore cette série, comme Tintin, comme celles de Jacques Martin, ces BD où on a à lire, où on est pris par la main, où on va au bout du monde. Je n'ai pas de regrets, je vais toujours de l'avant, je ne me retourne jamais. Je suis déjà tellement heureux de pouvoir continuer car en ce moment c'est très compliqué dans la bande dessinée, et travailler sur une série mythique c'est excitant. On sent le poids sur ses épaules, mais c'est valorisant. Et puis on est en confiance avec Casterman et les enfants Martin qui regardent toutes les étapes : crayonnés, encrage, scénario : j'ai tenu les délais sur le premier, ils connaissent mon travail. Mon seul souhait est de pouvoir travailler le plus longtemps possible dans d'aussi bonnes conditions, aux côtés d'un scénariste d'exception.

Voilà, chers amis, c'est ainsi que se termine cet entretien avec Christophe Alves. J'espère que vous aurez eu autant de plaisir que moi à découvrir ce dessinateur aussi sympathique qu'éclectique, voyez plutôt ces autres facettes de son talent :

ImageImageImageImageImageImageImage
Image
Image

Vous avez le bonjour de Christophe Alves et d'Harry Steed !
Image
"Deux intellectuels assis iront moins loin qu'une brute qui marche"

Répondre

Retourner vers « Christophe Alves »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité