Walter Lord (2) - La nuit du Titanic

Les Marabout Junior passés à la loupe.
Répondre
Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 3785
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

Walter Lord (2) - La nuit du Titanic

Message par Guy Bonnardeaux » lun. 22 févr. 2016 18:50

La nuit du Titanic, 14-15 avril 1912
Marabout junior n°192
ImageImage Traduction du roman de Walter Lord A Night to Remember.

Personne ne peut ignorer ce drame souvent grâce au cinéma qui a beaucoup traité le sujet, le dernier film en date n'étant pas le moins célèbre...
Wikipedia donne un bon résumé de qui fut fait au niveau du 7ème Art :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Titanic_au_cin%C3%A9ma

Il me parait donc intéressant de citer quelques passages pour introduire ce livre ...

« En 1898, un écrivain besogneux, Morgan Robertson, imaginait dans un roman un paquebot gigantesque, infiniment plus grand que tout ce qu’on avait jamais construit jusque-là. Il embarquait à bord de son navire tout un peuple de passagers riches et pacifiques, et, pendant son premier voyage, le faisait se heurter à un iceberg et couler par une froide nuit d’avril. L’objet du livre était en quelque sorte de montrer la vanité de toute chose ; Robertson l’appela du reste Futilité. Les éditions M.G. Mansfield le publièrent la même année.

Quatorze ans plus tard, une compagnie de navigation anglaise, la White Star, construisait un navire qui ressemblait singulièrement à celui de Robertson. Le nouveau paquebot avait un déplacement de 66.000 tonnes. Celui de Robertson, 70.000. Le vrai navire avait 269 mètres de long et l’autre 244. Tous les deux avaient trois hélices et filaient de 24 à 25 nœuds. Tous les deux pouvaient recevoir 3.000 personnes à leurs bords, équipage et passagers, et leurs bateaux de sauvetage à tous les deux étaient loin de pouvoir transporter tous ces gens. Mais personne n’y attachait d’importance, car, tous les deux, ils avaient été baptisés « navires qui ne peuvent pas couler ». p. 5

Voilà qui est interpellant quand on se réfère au drame du Titanic, le navire de la White Star qui, pour son premier voyage, quittait Southampton pour New York le 10 avril 1912 …

Pour Frederick Fleet, de veille dans le nid de pie :

« C’était le plus grand navire du monde, c’était le plus beau aussi. Tout était splendide à bord, jusqu’aux chiens des passagers. » p.7

Il aperçut l’iceberg, imaginant qu’il avait été évité …

« Mme E. D. Appleton ne sentit presque rien, mais elle entendit un bruit bizarre, et désagréable, comme si on déchirait une longue pièce d’étoffe. » p.10

En fait, personne parmi les passagers ne se rend bien compte de ce qui arrive, au contraire, d’autant plus que pour tout le monde, un tel navire ne risquait rien …

« - Oh, venez avec moi voir l’iceberg ! C’est le premier ! » p.18

et, toujours page 18 :

« (…) on entendit quelqu’un demander en riant s’il pouvait avoir un morceau de l’iceberg pour mettre dans son whisky soda. »

Dans un premier temps, tout le monde s’amuse, personne ne semble inquiet. Et pourtant …

« Peu après, on commença à se rendre compte qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. A Onze heures cinquante, c’est-à-dire dix minutes à peine après la collision, il se passait des choses étranges dans les six compartiments avant. » p.19

Le drame était enclenché …

Walter Lord s’est livré à une sérieuse enquête pour rassembler tous les témoignages, tous les éléments qui lui ont permis d’écrire son livre et de raconter cette terrible tragédie maritime...
Image Couverture : Pierre Joubert
Illustations : Edouard Aidans

Marabout Chercheur
C Q D ou S O S
A noter que c'est après le drame du Titanic que S.O.S. ( Save our souls ou Send our Secour ) a remplacé CQD ...

Répondre

Retourner vers « En reprenant mes vieux Juniors ... »