Les mémoires d'H.V.

Répondre
Avatar du membre
S.S.S.
Marabout Géant
Messages : 18052
Enregistré le : ven. 10 juil. 2009 02:00
Localisation : A côté de mes pompes

Re: Les mémoires d'H.V.

Message par S.S.S. » lun. 30 avr. 2012 22:05

Dernier message de la page précédente :

Désolant... :shock:
Pour qu'il y ait le moins de mécontents possibles il faut toujours taper sur les mêmes :clown:

Avatar du membre
cachi
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4297
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 02:00

Re: Les mémoires d'H.V.

Message par cachi » mar. 1 mai 2012 20:40

C'était un joke mais cher SSS, on (je) attend plus de toi grand maitre et sur le bouquin tu n'as pas été prolixe :D .

Avatar du membre
S.S.S.
Marabout Géant
Messages : 18052
Enregistré le : ven. 10 juil. 2009 02:00
Localisation : A côté de mes pompes

Re: Les mémoires d'H.V.

Message par S.S.S. » mar. 1 mai 2012 20:58

cachi a écrit :C'était un joke mais cher SSS, on (je) attend plus de toi grand maitre et sur le bouquin tu n'as pas été prolixe :D .
Je sais bien mais je n'ai pas envie de m'exprimer + sur le sujet ;)
Pour qu'il y ait le moins de mécontents possibles il faut toujours taper sur les mêmes :clown:

Avatar du membre
cachi
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4297
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 02:00

Re: Les mémoires d'H.V.

Message par cachi » mar. 8 mai 2012 22:06

Retour sur la WWII.
Juillet 1940, Henri Vernes et Gaston Bogaerts (grand peintre belge, décédé en 2008), soldats en déroute tentent le tout pour le tout pour éviter la déportation au Stalag. Ils quittent clandestinement la sympathique ville de Lévignac en Haute Garonne où leur régiment a fait retraite (c'est le moins que l'on puisse dire :mdrbis: ) pour tenter de regagner la Belgique.
Arrétons nous un instant. Pas pour critiquer Henri Vernes qui était à l'époque un "zazou" (un "bobo" pacifiste) et qui fut pris dans un jeu où on ne pouvait plus jouer sinon à se sauver comme des lapins :( Les soldats français et belges qui avaient appris à se battre (à l'inverse d'Henri) se regroupèrent sur le front de Loire pour un ultime mais vaillant combat à la mi-juin 1940 sous la conduite des cadets de Saumur entre autres. Henri (CD), comme des dizaines de milliers d'autres, n'en fut pas. Pourquoi Henri (CD) qui avait un esprit aventurier ne mit-il pas à profit son service militaire pour apprendre à se battre indépendament de la bétise de l'encadrement militaire. Voilà un mystère que les Mémoires n'élucident pas vraiment. :?: :?:
A son actif, il ne compta quand même pas parmi tous les moutons qui se retrouvèrent au Stalag parce qu'il avait enfin compris qu'il ne fallait plus suivre le troupeau mais prendre la tangente. :D
La tangente, il prit et se retrouva dans la belle ville de Saintes en Charente-Inférieure (Santonum à l'époque romaine), noeud ferroviaire alors important. Henri s'étonne qu'un juif d'Anvers se retrouve dans l'administration et lui délivre un "ausweiss" libératoire. Mais, Saintes, ville occupée bravait déjà l'occupant et protégeait les populations déportées en raison d'une tradition d'accueil vieille de plus de 3000 ans. :D
Cette tradition anti-raciste, ma grande tante le paya, un peu plus tard, de sa vie. Elle fut déportée à Auschwitz en 1943 pour avoir transformé sa maison en QG de la résistance.
Alors, Henri, peut-être avons nous un fil commun dans ce qui rend la vie si magnifique mais aléatoire :D
Et, sans ma grande-tante et tous les saintongeais, BOB n'aurait peut-être jamais vu le jour car tu aurais péri de maladie dans un Stalag :colere:
Je dédis ce petit poste à un "moranien" peut-être saintongeais du vert si jamais il le lit. Aujourd'hui à Saintes, c'est un maghrébin qui aurait sauvé la vie à Henri Vernes. Puisse t-il comprendre :D
Peace and freedom

popol
Marabout Mademoiselle
Marabout Mademoiselle
Messages : 674
Enregistré le : dim. 9 oct. 2011 18:42
Localisation : A c^té de la centrale nucléaire de Tihange

Re: Les mémoires d'H.V.

Message par popol » lun. 4 juin 2012 13:31

pour info, Henri Vernes est page 22 dans le supplément culture de ce lundi 4 juin de la Libre Belgique - être écrivain aujourd'hui.

Avatar du membre
yan59
Marabout Géant
Messages : 10116
Enregistré le : mer. 19 mai 2010 02:00
Localisation : un petit village du Ferrain, au nord de Lille

Re: Les mémoires d'H.V.

Message par yan59 » mar. 30 oct. 2012 22:55

Après plus d'un an de possession de cet ouvrage, j'ai enfin eu envie de lire ce recueil de Mémoires, d'autres titres ayant eu ma préférence entretemps, comme Le désir rôde (que j'avais eu du mal à commencer aussi), La porte ouverte lors de ma belle trouvaille, L'or gris et Duplication, une histoire de Diable et un paquebot, A propos de Joubert, et tout récemment l'histoire de Dam.
Finalement, je ne sais pas pourquoi je n'ai pas été tenté, à première vue, par cette lecture, pourtant fort agréable. Tout est pourtant présent pour en faire un livre plaisant: l'histoire d'une vie loin d'être banale, un style narratif bien connu mais tellement plus chargé de drôlerie que ses Bob Morane, des histoires de conquêtes à nous rendre jaloux mais qu'on a d'autant plus de plaisir à partager, des amitiés hors du commun, le tout dans un contexte historique qu'on découvre sous un autre jour.
Toutefois je regrette, tout comme S.S.S., quelques règlements de compte, comme envers Joubert qui ne lui a jamais rien dit ni fait (lui reprocher d'aimer Bob Morane pour l'argent qu'il lui rapportait alors que Joubert a été plus spolié qu'H.V.! :shock: - cf A propos de Pierre Joubert que j'ai lu récemment), envers Gérard, qu'il ait raison ou pas, ou Attanasio qui aurait bâclé son travail re- :shock: Et ces histoires de sous, j'ai vraiment trouvé ça dommage, ça n'avait pas sa place là, je trouve.
Dommage aussi qu'en abordant la BD il n'ait même pas cité Felicisimo Coria, qui a pourtant dessiné à lui seul autant de BD que tous les autres auteurs réunis! :shock:
Dommage, enfin, que ces Mémoires s'achèvent à la mort des éditions Marabout, car après l'épisode Don (zappé aussi), le retour de Bob Morane, la création du Club, ... auraient mérité d'être abordées!
Mon appréciation de ce beau pavé reste néanmoins très positive, les points regrettables à mon goût étant finalement concentrés dans les dernières pages, ce qui cependant laisse un goût acide-amer juste au moment de le refermer!
Arriver à la cinquantaine a des avantages et des inconvénients : on ne reconnaît plus les lettres de près, mais on reconnaît les cons de loin !

Répondre

Retourner vers « Henri Vernes »