Et si on relisait Simenon ...

Pour Parler de vos lectures du moment, vos auteurs préférés, c'est ici!
Répondre
Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4865
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

Et si on relisait Simenon ...

Message par Guy Bonnardeaux »

Georges Simenon est un autre de ces écrivains pour lesquels je ressens beaucoup d’intérêt. Je le laisse de côté et puis tout à coup je reviens à ses romans et je les redécouvre.

A une époque on disait de certains de ses livres que c’étaient des romans de gare et bien que cette classification ne soit en rien à mon sens péjorative, il me semble quand même que Simenon est à classer dans une autre catégorie.

Si je l’apprécie ce n’est pas parce qu’il est considéré dans le monde comme étant le plus grand écrivain belge, ce genre de considération liée à l’appartenance m’importe peu en matière d’Art, de musique et de littérature.

Par contre j’aime dans beaucoup de ses romans sa « belgitude », ce talent qu’il avait de rendre l’atmosphère bien belge de certains lieux choisis, des milieux qui sont décrits et au sein desquels il faisait évoluer ses personnages. Mais on retrouve le même talent, la même précision, le respect des lieux et de ce qu’ils dégagent dans les romans qu’il situait à Montmartre, en Afrique ou ailleurs.

Malgré tout quand on est de mon pays, qu’on en connaît bien les régions, les patois, les traditions et qu’on lit un roman « belge » de l’auteur liégeois, on se sent immédiatement en pays de connaissance.

Je dois avouer que si j’aime beaucoup les livres dans lesquels il met en avant le personnage fétiche qui l’a rendu si célèbre, le massif, bourru, fumeur de pipe et amateur de demis et de « gouttes », Jules Maigret ( au nom si mal porté par dérision ), ce sont quand même les romans dont il est absent qui dégagent pour moi une puissance et un charme.

Il y a quelques mois, j’avais évoqué dans cette rubrique l’un de ces romans si justes, Le coup de lune, qui me fait penser à une œuvre de Conrad, Au cœur des ténèbres. Deux livres qui mettent à mal les travers d’une certaine colonisation. Ne soyons pas injustes, cette époque a aussi généré, trop peu, du progrès, un incontestable apport médical même si on peut toujours se dire que sur le fond, les populations concernées n’avaient rien demandé et qu’il s’agissait d’abord pour les pays colonisateurs d’exploitation.

J’ai donc entrepris de relire Simenon et je dois reconnaître que mes (re)découvertes valent bien les quelques heures que j’y consacre. Je ne les (re)lirai pas tous bien entendu, il y en a des centaines, tous écrits, pour autant que mes informations soient exactes, par lui-même et une production personnelle aussi prolifique est ahurissante parce qu’en plus la qualité y est. Et combien de ces petits livres n’ont-ils pas été adaptés par le cinéma …
Image
J’ai beaucoup aimé La maison du canal ( bizarrement mon exemplaire Presses Pocket n° 1335 porte le nom de Maigret sur sa couverture alors que le commissaire est absent du livre ).

L’ambiance du roman – je ne parle pas de l’intrigue elle-même mais du « climat » – me parle : ces canaux flamands avec leurs saules têtards, les dérivations d’irrigation et la richesse que doit en principe en rapporter une exploitation bien gérée par la culture du foin ou d’autre chose, les péniches tirées par des chevaux ( enfant, j’ai encore connu cela même chez nous le long de la Sambre ), la rudesse des paysans flamands ( j’en avais dans ma famille ), leur machisme ( notez que les Wallons de la terre leur ressemblent même s’ils ne parlent pas la même langue ) … Mais ils ont aussi leurs côtés plus avenants bien entendu.

Je me souviens d’un arrière grand-oncle dont le champ était perdu à la frontière hollandaise, on ne savait pas exactement de quel côté de la frontière on se trouvait, qui bêchait une parcelle, en pantalon noir, chemise blanche et gilet avec chaîne de montre, moustache aux pointes remontantes … Il avait reçu ma grand-mère, et moi qui n’était rien de toute manière pour lui, dans son champ, pas dans sa maison … Là-bas, on trouvait cela normal.

Simenon décrit aussi la résignation des femmes chargées de la cuisine, de la couture, de la marche de la maison avec leurs rêves d’une vie plus exaltante. La messe et son importance dans ces villages, les patins que l’on sort dès que les canaux, les étangs gèlent …

Mais dans la maison du canal débarque un jour la discorde en la personne d’une cousine de Bruxelles qui vient de perdre ses proches et ne parle pas le flamand. Par contre, elle va s’y entendre pour tourner la tête des deux frères qui gèrent l’exploitation. Ils iront jusqu’à des actions ignobles et le tout se terminera dans le drame.

Un grand roman même si chez Simenon on ne rigole pas beaucoup, ce n’est pas le but. Avec ce ciel si bas, si gris que, comme le chantait Brel, un canal s’est pendu …

Les gens d’en face, Presses Pocket n° 1346 montre une toute autre facette de l’écrivain qui prend pour décor le port de Bator ( sans doute Ulan Bator ) sur la Mer Noire, dans les premières années de l’U.R.S.S. avec un agent de la guepeou derrière chaque bureau et derrière chaque porte, les comités d’immeuble qui surveillent les robinets des paliers et les résidents…
Image Le Consul de Turquie fraîchement débarqué découvre un monde hallucinant où rien ne se passe sans soi-disant « demander à Moscou », où la corruption des fonctionnaires est réalité, où tout le monde espionne tout le monde, où l’étranger, le marin de passage ont accès aux plaisirs refusés au peuple qui doivent se contenter du magasin d’état et de la salle des syndicats, où les vieux devenus inutiles pour l’état fouillent les ordures pour trouver de quoi survivre, peut-être ..

Adil bey va pourtant tomber amoureux de sa secrétaire, elle aussi membre de la guepeou et sœur du responsable local mais qui rêve d’une autre vie, d’un autre monde, sans l’avouer vraiment. Adil bey va se compromettre, tout faire pour la tirer de ce non-monde, l’emmener avec lui, mais y arrivera-t-il ? …

Deux grands livres, très différents, comme Simenon en a écrit des dizaines et des dizaines et qui dépeignent des univers, des gens, sans complaisance, bien loin de panem et circenses

Avatar du membre
Back Door Man
Marabout Géant
Messages : 18097
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 02:00
Localisation : Normandie Forever
Contact :

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par Back Door Man »

Il y a bien longtemps que j'en ai lu, faudrait que je m'y replonge, un de ces jours, quand j'aurais fini les centaines de bouquins que j'ai d'avance
C'est parce que la vitesse de la lumière est supérieure à celle du son que certains ont l'air brillant avant d'avoir l'air con

https://www.flickr.com/photos/gildays/

Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4865
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par Guy Bonnardeaux »

Tiens, toi aussi tu as de la lecture en retard ;) C'est fou ce qu'on accumule des bouquins avec le temps ...

Avatar du membre
Michel
Marabout Collection
Messages : 5769
Enregistré le : ven. 10 juil. 2009 02:00

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par Michel »

Je viens de regarder ce que j'avais en stock ;)

Le charretier de la providence
Maigret
Maigret et le voleur paresseux
Pietr-le-Letton

et j'en ai lu aucun !!! :w: moi aussi j'ai de quoi faire :fume:

Avatar du membre
Zorglub
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 2667
Enregistré le : mar. 30 nov. 2010 22:49

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par Zorglub »

Ah le charretier de la providence, ilest bien
j'aime aussi "le fou de bergerac" et "maigret a l' école"..
montez moi de la bière et des sandwiches !!
Quand on ne rit plus, c'est qu'on ne vit plus.
Image

Avatar du membre
cachi
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4292
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 02:00

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par cachi »

"L'affaire Saint Fiacre", roman écrit en 1932, est, à mon modeste avis, le meilleur Simenon et le meilleur Maigret à la fois! Rien de moins :D
"Le commissaire Maigret revient à Saint-Fiacre, village où il a passé son enfance, à l'invitation de la comtesse de Saint-Fiacre. Celle-ci connaît le « petit Jules » devenu commissaire, car le père de Maigret fut régisseur du domaine du château des Saint-Fiacre. La comtesse a reçu une lettre anonyme lui annonçant sa mort le mercredi des Cendres (premier jour du Carême) . Le lendemain, Maigret la retrouve morte à l'église, victime d'une crise cardiaque. Toutefois, le commissaire est convaincu que cette crise cardiaque n'est pas due au hasard et commence son enquête..."
La campagne des années 30 avec son absence de confort, ses notables et ses paysans, ses employés de banque, ses "marlous". Un régal!

Avatar du membre
Mike
Marabout Junior
Marabout Junior
Messages : 457
Enregistré le : mar. 28 juil. 2009 02:00

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par Mike »

Image

Mike
Tout ce qui n'est ni une couleur, ni un parfum, ni une musique, c'est de l'enfantillage.

Avatar du membre
Jerk
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 3887
Enregistré le : dim. 27 févr. 2011 20:51

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par Jerk »

J'ai quelques Maigret en Presses de la Cité, sortis des machines en 1948 ...
Visuellement déjà, ces bouquins sont juste magnifiques, la typographie du titre, par exemple, est d'une modernité indéniable, intemporelle ! :shock:
Moi qui n'accroche pas au genre policier, j'avais beaucoup aimé les enquêtes de Maigret. Peut-être que comme Frédéric Dard, Simenon sait tourner son texte d'une certaine manière, mélange d'une forme d'humanité, d'humour, qui rendent son histoire particulièrement prenante ... Il me reste beaucoup d'autres Simenon à découvrir !

:)

Image

Avatar du membre
aristide hergé
Marabout Géant
Messages : 14163
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 02:00
Localisation : Cherchez l'anagramme ...

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par aristide hergé »

Perso, je n'ai pas lu un de ces Simenon "non-Maigret", mais quelques-uns ont été récemment adaptés pour la télé, et je les ai trouvés très réussis ! :pouce:
"Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends" (Nelson Mandela)

Avatar du membre
Jerk
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 3887
Enregistré le : dim. 27 févr. 2011 20:51

Re: Et si on relisait Simenon ...

Message par Jerk »

Tiens, parlant de Simenon, j'ai attaqué celui-ci, qui patientait sur mes étagères.
Pour l’anecdote, Trois chambres à Manhattan se déroule dans le Greenwich Village de Dylan, mais en 1946, soit une quinzaine d'année avant que le Zim y débarque.
Malgré cela, les bars qui accueilleront le chanteur sont déjà présents, et leur description par Simenon colle parfaitement à celle quand fait Dylan dans ses Chroniques ...
J'aime aussi beaucoup la jaquette qui habille le bouquin ... Le bleu et le noir, la silhouette des buildings et leur "reflet" au sol donnant l'impression d'une mer sur laquelle le couple erre sans but.

:pouce:

Image

Répondre

Retourner vers « Lectures et coups de coeur »