You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Pour parler de musique, de cinéma, de peinture etc. Une seule rubrique par thème, SVP...
Avatar du membre
cachi
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4291
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 02:00

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par cachi » mer. 17 févr. 2010 23:03

Dernier message de la page précédente :

YES, le génie! Le génie d'être un et quatre à la fois, le génie de l'un n'étouffant pas le génie ou le talent de l'autre.
En dehors de toute polémique et compétition, les Beatles ont écrasé les Stones parce que même Ringo avait le droit de placer des compositions à lui sur ces galettes magiques de l'époque tandis que chez les Stones c'était la dictature Richard/Jagger et vice et versa.
Bon je coupe l'herbe sous les pieds de Guy et :jesors:

Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4388
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par Guy Bonnardeaux » mer. 17 févr. 2010 23:08

Mea culpa :affraid: !

Chers amis,

J'ai fait une inversion dans le chapitre 2 lorsque j'évoque les deux morceaux d'Eddie Cochran :
ce n'est pas C'mon everybody qu'ont électifiée ( le mot est faible ) BLUE CHEER en '68 sur l'album incroyable VINCEBUS ERUPTUM ( 3 morceaux par face, de l'énergie brute, rien à jeter ) mais bien Summertime Blues !
Impardonnable je suis :x . Sorry pals.

Avatar du membre
lagon requin
Marabout Collection
Messages : 9738
Enregistré le : dim. 12 juil. 2009 02:00

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par lagon requin » mer. 17 févr. 2010 23:30

:D Super Guy :D :D a que de souvenir :lol:
:shock:
je rêve d'un train très grand où la paix voyage avec tous les enfants et que nous puissions voir les spectacles de l'amour où on nous donne de l'affection.
Erika Johana Quintero ,14 ans

Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4388
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par Guy Bonnardeaux » sam. 20 févr. 2010 18:30

With the Beatles, et quelques autres …

Sur la lancée de l’album et la multiplication des succès de foule, les Beatles alignent les hits. Le 12 avril 1963 sort From me to you/Thank you Girl – From me to you est devenu Des bises de moi pour toi par un certain Clo-Clo … - suivi en juillet de She loves you/I’ll get you.

Ils enregistrent alors leur second album, une nouvelle perle, With the Beatles, avec sa célèbre pochette noire et grise de Robert Freeman, qui sort le 22 novembre 1963. Le disque ne contient pas moins de sept compositions originales signées Lennon/McCartney – It won’t be long, All my loving, … - et un effort personnel de George Harrison, Don’t bother me. Le reste du programme est constitué de reprises, le magistral Roll over Beethoven, emprunté à Chuck Berry et quelques autres. Le disque qui occupera la première place des charts anglais pendant 22 semaines avait fait l’objet de 250.000 précommandes !

Deux histoires circulent sur Don’t bother me. George raconte :

J’ai composé Don’t bother me simplement pour savoir si j’étais capable d’écrire une chanson ( … ) J’étais malade et cloué au lit. C’est peut-être de là qu’est venu le titre ( laissez-moi tranquille ) …

Bill Harry le fondateur du mag Merseybeat prétend lui que c’est en fin de compte sa propre persévérance, le fait qu’il harcelait constamment George en lui demandant ce qu’il avait composé depuis Cry for a Shadow, que la chanson est née …

Ces anecdotes sont détaillées par Steve Turner dans un livre édité par Carlton Books Ltd en 1994, publié en Français sous le titre L’intégrale Beatles, Hors Collection, 1995 ( il … était disponible en pocket sous le n° 10386 ).

Une autre chanson de With the Beatles a une histoire, réelle, peu banale puisqu’elle a pesé son poids dans celle du Rock. Paul McCartney avait commencé à écrire I wanna be your Man en pensant la faire chanter par Ringo, mais il ne parvenait pas à la terminer. A la même époque, les Rolling Stones qui avaient réussi à décrocher un contrat chez Decca, cherchait un successeur à leur premier single Come on – encore un titre de Chuck Berry – qui s’était quand même vendu à plus de cent mille exemplaires. Brian Jones étant intéressé par la chanson que lui proposait finalement Paul, John se joignit à ce dernier pour la finir et les Stones accèderent à une belle douzième place avec leur version de I wanna be your Man

Steve Turner indique à ce sujet qu’après coup, John Lennon racontait que cette chanson n’avait en fin de compte pas beaucoup d’importance pour les Beatles et que le fait de la donner à d’autres avant d’en avoir enregistré leur propre version ne les gênaient pas outre mesure. Avec l’humour provocateur qu’il le caractérisait, il ajoutait :

On n’allait quand même pas leur donner quelque chose de bien, n’est ce pas ? …


Les Stones eux n'ont jamais rien donné aux Beatles ... qui n'avaient besoin de personne ...

A Liverpool, quantités de chanteuses, chanteurs et groupes, supervisés par l’entreprise de Brian Epstein, multipliaient les enregistrements, reprenant souvent des compositions signées Lennon-McCartney.

Gerry and the Pacemakers, Billy J. Kramer & the Dakotas déjà cités, Swinging Blue Jeans ( Hippy hippy shake ), Cilla Black avec Love of the loved, Freddie and the Dreamers, Fourmost ( Hello little Girl ) … Pour les amateurs, les nostalgiques ou les curieux, il existe une intéressante compilation vinyle , EMI OC056-06251 intitulée Hits of the Mersey Era, volume one ( j’ignore et doute qu’il y ait eu un volume deux … ) qui résume bien l’hystérie créatrice de la période.

Plus au nord, au pays des Jordies, soit à Newcastle, Eric Burdon faisait ses classes sur la scène du Club-a-gogo entouré de l’Alan Price Combo – qui deviendra les Animals – un groupe en activité depuis 1960 déjà et rassemblant Burdon ( vocaux ), Price ( claviers ), Hilton Valentine ( guitare ), John Steel ( drums ) et surtout Chas Chandler, le bassiste aux deux amplis qui plus tard, veillera sur le Jimi Hendrix Experience ( !! ) et managera Slade.

Les Animals étaient férus de rythm and blues, de Ray Charles, Bo Diddley, Chuck Berry, John Lee Hooker, Muddy Waters … Ils étaient par ailleurs tellement bons qu’ils attireront l’attention d’un autre grand producteur. Mickie Most les fera engager par Columbia, un label sous lequel sortira en 1964, un album fabuleux où Burdon et les siens font une fête magistrale à toute une série de reprises, et quelles reprises !

I’m mad again, Dimples et Boom Boom de John Lee Hooker, I’ve been around et I’m in love again de Fats Domino, the Girl can’t help it composée par Troup, celui-là même qui créa Route 66 et popularisée par Little Richard, She said yeah, the right Time un succès de Ray Charles, Memphis et Around and around de l’inévitable Chuck Berry. Le disque contient aussi un arrangement de Price sur Bury my Body et surtout une plage longue durée d’exception Story of Bo Diddley tout au long de laquelle Eric Burdon raconte l’histoire du bluesman noir, des Animals et évoque les Beatles, les Stones … Un disque important.

Avant lui, le groupe avait fait sauter la banque avec House of the Rising Sun, I’m cryin’, Don’t let me be misunderstood … Les Animals ont eux contribué à populariser le blues, à nous ouvrir à cette musique, présente sur les les faces b ou certaines plages d’album … Les succès discographiques seront nombreux pour ces bêbêtes douées: Bring it on home de Sam Cooke, It’s my life, I’m going to change the world, Inside lookin’out

Devenus les New Animals après le remplacement d’Alan Price par Dave Rowberry, les bons disques sortiront encore régulièrement : Don’t bring me down, See see Rider, Help me Girl, Good Times … Pendant la période San Francisco, ils réaliseront un autre grand album Winds of Change avec ces perles que sont toujours en plus de la chanson titre du disque, San Franciscan Nights, Poem by the Sea, Paint it Black ( ou quand Eric revisite Jagger/Richard ), Yes, I am experienced ( qui répond au premier LP de son ami Jimi Hendrix ), Anything … Citons encore Sky Pilot et un instrumental lyrique flairant bon la baie et le Pacifique Lil’Darlin’ … Eric Burdon entamera ensuite une carrière solo avec des hauts et des bas. Avec aussi diverses formations comme War par exemple avec laquelle il signera une autre belle performance, le magnifique Eric Burdon declares War. Nous écouterons encore l’ Eric Burdon Band et le bon Sun Secrets… Il continue à tourner en 2010 et à enregistrer … Petit par la taille mais quel grand bonhomme !

A Manchester, on trouvait surtout les Hollies. John Mayall avait déjà quitté la ville pour Londres. Les Hollies jouaient un peu dans la cour du Mersey sound avec un petit quelque chose de différent apporté par Graham Nash que nous saluerons dans le chapitre consacré au Folk-rock et à Crosby, Still, Nash and Young. Les Hollies faisaient de bonnes chansons pop : I’m alive, Searchin’, Just one look, Bus Stop ( composé par Graham Gouldman qui, plus tard, formera 10cc ), Carrie-Anne, King Midas is in reverse, …Hollies’Greatest sur EMI est un bon condensé de leur carrière.

Dans les Midlands, à Birmingham, Spencer Davis travaillait lui les compositions de Sonny Boy Williamson, Muddy Waters, Bo Diddley au sein d’ un quatuor qui comptait un génie de 17 ans aux vocaux, à la guitare, aux claviers, un certain Steve Winwood ( en tournée actuellement avec Eric Claption ! ).

Le groupe se produisait au Golden Eagle Pub local où il se fit remarquer par Chris Blackwell, le fondateur de Island, qui le fit entrer chez Fontana. La suite dès 1965 avec Keep on running, Somebody help me, Gimme some lovin’, I’m a Man, … jusqu’à ce que Stevie rejoigne Clapton, Baker et Grech pour la rapide expérience Blind Faith et fonde ensuite l’excellent et curieux Traffic avec Jim Capaldi, Dave Mason et Chris Wood.

Dans la même ville mais eux nous leur consacrerons quelques pages par la suite, les Moody Blues se produisaient avec leur premier line-up : Ray Thomas, Denny Laine ( futur membre des Wings de Paul McCarney ), Clint Warwick, Mike Pinder et Graeme Edge. Souvenons-nous de Go now et du spectaculaire Bye Bye Bird, une performance appréciable de Ray Thomas à l’harmonica.

Plus tard, Laine et Warwick seront remplacés par Justin Hayward et John Lodge et le grand voyage aux pays rêvés des Moody Blues pourra débuter avec Fly me high, Boulevard de la Madelaine, Cities, Nights in White Satin et une série d’albums aussi superbes qu’ indispensables.

Citons encore Them et Van Morrison, groupe originaire d’Irlande du Nord qui produira un mega-hit Gloria sur lequel dit-on Jimmy Page tient la partie de guitare. Van Morrison, artiste d’exception continue à nous offrir périodiquement de beaux disques bluesy, colorés de cette touche gaellique qui a bien du charme.

Il circule plusieurs récits quant aux participations studio de Jimmy Page. Ainsi, il se dit que c’est lui qui joue le solo du You really got me des Kinks. A quoi Ray Davies répondait un jour que de toute manière cela n’avait pas d’importance puisque c’est son frère Dave qui tient la guitare sur les disques de Led Zeppelin … Ambiance and afternoon Tea, mates !

Les Kinks on en reparlera par la suite, comme des Who, des Yardbirds et des Stones bien-sûr. Ou du British Blues et John Mayall. De Pink Floyd, Soft Machine et combien d'autres encore ...

Mais nous en oublierons certains en cours de route, pas parce qu'ils n'étaient pas intéressants mais parce qu'on ne peut évoquer tout le monde. Je pense aux Tremoloes, Nashville Teens, Searchers, Union Gap, Mindbenders, Zombies, Move, Easybeats, Unit 4 + 2, New Vaudeville Band, Dave Dee, Dozy, Beaky, Mick and Tich, Marmalade, Sam Gopal, Geno Washington and the Ram Jam Band, ...

Pheeuw, a pause avant de terminer ce chapitre, ...

Et pendant que tous ces provinciaux occupaient les studios londoniens, que faisaient les musicos Cockney et les Américains me direz-vous ? On y vient, on y vient …

( à suivre )
Modifié en dernier par Guy Bonnardeaux le lun. 14 janv. 2013 11:50, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4388
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par Guy Bonnardeaux » sam. 20 févr. 2010 18:42

Mea culpa (2) :affraid:
j'ai laissé 2 coquilles, j'espère qu'il n'y a qu'elles :
il faut lire "cherchaient" et non 'cherchait' dans le paragraphe des Stones et I wanna be your man,
et un peu plus bas 'Clapton' et non 'Claption' bien entendu.

Sorry best readers :oops:

Avatar du membre
aristide hergé
Marabout Géant
Messages : 13498
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 02:00
Localisation : Cherchez l'anagramme ...

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par aristide hergé » sam. 20 févr. 2010 19:50

Guy Bonnardeaux a écrit :Mea culpa (2) :affraid:
j'ai laissé 2 coquilles, j'espère qu'il n'y a qu'elles :
il faut lire "cherchaient" et non 'cherchait' dans le paragraphe des Stones et I wanna be your man,
et un peu plus bas 'Clapton' et non 'Claption' bien entendu.

Sorry best readers :oops:
Ah oui, c'est une honte, ces deux coquilles ! :x
Bien sûr je plaisante car qui les aura remarquées dans un texte d'une telle érudition ?
Je suis admiratif devant cette somme de connaissances :shock: et j'avoue bien humblement que je ne connais pas la moitié des artistes ni des titres cités :oops:
Bravo, Guy, continue à nous épater ! :cheers:
"Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends" (Nelson Mandela)

Avatar du membre
cachi
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4291
Enregistré le : jeu. 3 sept. 2009 02:00

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par cachi » dim. 21 févr. 2010 01:03

Bravo Guy pour signaler le jeune prodige Steve Winwood qui, à 17 ans, écrivit les tubes du Spencer Davis Group avant de fonder le groupe Traffic et de produire a, à peine 20 ans, les meilleurs disques du moment et de culminer avec Jimi Hendrix pour "Electric Ladyland" le chef d'oeuvre du 20° siècle.
Et aujourd'hui, il rejoue "Electric Ladyland" avec Eric Clapton dont on peut se procurer l'enregistrement au Madison Square Garden chez tous les bons disquaires ou venir les écouter en France au mois de Mai à Bercy (le 25/05 pour moi).
Bon tu flashes beaucoup sur les "Moody Blues" mais à la même époque surgissaient les "News Paramounts" qui allaient connaître la gloire sous le nom de "Procol Harum". Groupe toujours en exercice et dont je passe, encore aujourd'hui, toujours en boucle leur concert avec le National Danish Orchestra à Copenhague en 2006. "Beyond the pale" souviens toi :D :D

Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4388
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par Guy Bonnardeaux » dim. 21 févr. 2010 11:50

Bonjour,

Pas d'inquiétude, mon ami, j'ai prévu aussi un long chapitre sur Gary Brooker et Procol Harun dont je possède et aime toujours aussi tous les albums. Un de nos grands regrets à Michelle et moi, je ne sais plus quand dans les '70s, alors que nous étions de passage à Londres, nous avons raté de peu un concert au 100 Club qui devait être génial puisque dans un petit club... Nous ne l'avons su que le lendemain en lisant le Melody Maker ! :cry: Beyond the Pale qui se trouve sur l'album Exotic Birds and Fruit est un de mes morceaux favoris - avec In Held t'was in I qui clôt un autre disque - mais y a t-il vraiment un morceau favori par rapport aux autres avec ce groupe qui n'a publié que des disques géniaux ? Quel groupe effectivement avec les textes bizarres parfois de Keith Reid. Tout y est orginal. Il y avait eu une party à Londres organisée par John Lennon à je ne sais plus quelle occasion, il faudrait que je relise mes notes. Tout au long de la soirée, seuls deux disques passaient en boucle : Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band et le premier album de Procol Harum ! C'est tout dire...

Avatar du membre
Guy Bonnardeaux
Marabout Sport
Marabout Sport
Messages : 4388
Enregistré le : lun. 27 juil. 2009 02:00
Localisation : In A Yellow Submarine on its way to Strawberry Fields, I Imagine ..

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par Guy Bonnardeaux » dim. 21 févr. 2010 11:52

Merci beaucoup cher Aristide :D

Avatar du membre
aristide hergé
Marabout Géant
Messages : 13498
Enregistré le : sam. 11 juil. 2009 02:00
Localisation : Cherchez l'anagramme ...

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par aristide hergé » dim. 21 févr. 2010 12:21

Guy Bonnardeaux a écrit :j'ai prévu aussi un long chapitre sur Gary Brooker et Procol Harun dont je possède et aime toujours aussi tous les albums.
J'ai avoué mon "inculture" dans mon précédent post, mais pour Procol Harum, ça va mieux et je partage complètement ton avis (éclairé bien sûr ;))
Perso j'ai eu la chance de les voir sur scène à Clermont Ferrand en 75 ou 76 et ça reste un grand souvenir !
Ce groupe était d'une richesse musicale extraordinaire :shock: et il m'est difficile de choisir un morceau préféré dans leur oeuvre : mais je crois que je mettrais en premier "Grand Hotel", et puis "A salty dog" dans la version "live avec l'Edmonton Orchestra".
Mais Gary Brooker en solo, ce n'est pas mal non plus et l'album "Lead me to the water" est une vraie merveille :D

Bon, je m'arrête là car tout ce que j'écris me semble d'une totale platitude à côté de notre auteur favori :oops:
C'était juste un avis ...
"Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends" (Nelson Mandela)

Avatar du membre
lagon requin
Marabout Collection
Messages : 9738
Enregistré le : dim. 12 juil. 2009 02:00

You can't stop the Music playin'on ( ou petit voyage dans no

Message par lagon requin » dim. 21 févr. 2010 13:09

:D Mais non cher Aristide moi aussi j'adore Procol Harum toujours le plaisir de vous lire :D
:shock:
je rêve d'un train très grand où la paix voyage avec tous les enfants et que nous puissions voir les spectacles de l'amour où on nous donne de l'affection.
Erika Johana Quintero ,14 ans

Répondre

Retourner vers « Les Arts »